Timbres sans âme...

Il n’est pas nécessaire d’être philatéliste pour mesurer la charge de rayonnement du timbre-poste. Les chefs d’état ne l’ignorent pas. Ils s’empressent, dès leur accès au pouvoir, de choisir leur vignette symbole.

Source de revenus substantiels, le timbre est aussi l’ambassadeur de la culture d’un pays, de sa politique, de ses espérances.

Cependant, aujourd’hui, il est légitime de craindre les effets d’une généralisation d’un mode d’affranchissement robotisé et banalisé.

Placé, comme tant d’autres, au cœur de cette nouvelle situation, le philatéliste pourra-t-il poursuivre son chemin quand l’informatique et l’automatisation lui imposent tant d’abstraction ? …car le timbre, vidé de son âme, perd tout son intérêt.

Plan du Site

Revue de Presse