Jean-Baptiste Charcot

dyptique 2007 : Charcot / France-GroenlandNé à Neuilly-sur-Seine le 15 juillet 1867, Jean-Baptiste Charcot est le fils du célèbre médecin Jean-Martin Charcot connu pour ses Leçons à la Salpêtrière.
Pour faire plaisir à son père, Jean-Baptiste entreprend des études médicales et devient, lui aussi, médecin. Toutefois, ce n'est pas en que tel que l'histoire retiendra son nom. En effet, dès sa prime jeunesse, Jean-Baptiste ne songe qu’aux bateaux et en dessine, à l’école, dans tous ses cahiers.
Cette vocation s’affirme définitivement lorsque, vers l’âge de vingt-cinq ans, il achète son premier bateau. Il décide alors de s’orienter vers l’exploration et l’océanographie.
En 1902, il visite l’île Jan Mayen. Deux expéditions, à bord du Français (1905), puis à bord du Pourquoi-Pas? (1908-1910), l’amènent dans les régions antarctiques. Au cours de la première, il dresse la carte des côtes de la terre de Graham et effectue une reconnaissance plus au sud, préparant ainsi son second hivernage, au cours duquel il complète ses documents cartographiques, atteint la terre Alexandra et découvre l’île qui portera son nom. À son retour, il publie deux séries de rapports sur les résultats scientifiques de ces expéditions. Le monde entier apprend son nom. Après avoir servi dans l’administration britannique, durant la Première Guerre mondiale, Jean-Baptiste Charcot, assisté de divers spécialistes, reprend ses recherches dans l’Atlantique Nord. Il y effectue, de 1920 à 1936, un grand nombre de croisières scientifiques qui le mèneront aussi bien vers les îles Hébrides que vers les côtes orientales du Groenland (1925-1936).
Le 16 septembre 1936 au matin, après douze heures de tempête, le Pourquoi-Pas? se brise sur les récifs de l’intérieur du Faxafjord ; Jean-Baptiste Charcot et tous ses compagnons, à l’exception d’un seul, y laissent leur vie.

Plan du Site

Revue de Presse